Dafy a testé pour vous
La veste Ixon Ragnar

Vincent, client et testeur Dafy.

J'ai testé pour vous :

La veste Ixon Ragnar

(5/5) 2 août 2021

J’ai testé ce blouson moto Ixon Ragnar au printemps en zone de moyenne montagne, pour des petits trajets en semaine et des plus longues balades le week-end, essentiellement en trail routier. À cette saison dans le Cantal, il fait très frais le matin et il peut faire bien chaud l’après midi, avec un petit orage le soir : le temps idéal pour tester cette veste typée Touring/Adventure toute saison !

Confort

Lorsque l’on essaie ce blouson moto pour la première fois, toutes les doublures y sont présentes : l'une pour la chaleur et l'autre pour l'étanchéité. On est d’abord surpris parce qu’il est relativement lourd quand on l’a à bout de bras, mais son poids s’efface quand on roule et on ne sent pas les protections épaule et coude. Pensez à rajouter une dorsale, celle-ci n’est pas fournie comme sur beaucoup de ses concurrents.

On sent tout de suite que ce blouson moto Ixon est très chaud avec ses deux doublures simultanées. Ces dernières se fixent à l’aide d’une fermeture éclair qui fait le tour du dos. Il est possible de fixer seulement la doublure chaleur en enlevant l’intermédiaire étanche, et c’est très pratique quand il fait froid mais beau soleil. Tous les blousons moto n’offrent pas cette possibilité, c’est un plus ! Au bout des manches de la doublure hiver, il y a des « passe-pouces » qui surprennent au début, et font penser à un vêtement de ski. Ça n’a rien de désagréable si on décide d’y enfiler les pouces. En revanche, ceux-là gènent si l'on ne s’en sert pas.

La coupe est entièrement ajustable par des velcros à la taille, en bas et aux poignets. La bonne idée, c’est d’avoir mis ces attaches sur des sangles élastiques : même réglées au plus juste, celles-ci laissent une marge de mouvement.

Niveau taille, je suis d’habitude entre du XL et du XXL, et pour celui-là c’est la version XL qui me va. Il taille grand, surtout en longueur de manche si vous êtes petit et trapu comme moi. Le gros avantage de ce modèle se cache dans la coupe : il est plus court devant que derrière. Par rapport à d’autres blouson de la gamme aventure, cette forme évite d’avoir un effet « accordéon » sur le devant avec le col, qui butte dans la barbe quand on s’assoie sur la moto. C’est bien vu !

À porter longtemps, on sent le confort dans les détails : col mousse tout doux avec pression réglable, beaucoup d’aérations bien placées, doublure étanche souple, fine et bien respirante (on voit le jour à travers les milliers de petits trous et pourtant c’est bien étanche, sans avoir été taillé dans une bâche).

test-page-element
Design

Le look adventure est assez discret dans le coloris que j’ai essayé : Anthracite/gris. Le coloris noir/gris/rouge fait beaucoup plus aventurier off road. J’ai préféré la discrétion, moins typé off road et il passe mieux quand on arrive avec en réunion ou en clientèle. En plus, il n’y a pas de scratch bruyant pour l’ouvrir : discrétion assurée. J’ai longtemps cherché à quoi pouvait servir ces deux sortes de mousquetons triangulaires sur le torse. Après recherche, je me suis aperçu que c’est courant chez cette marque : ils servent à accrocher ses gants ou ses clés. Pourquoi pas ? Les nombreuses fermetures éclairs d’aération restent discrètes même ouvertes. Il n’y a pas d’insert de couleur criarde comme sur certains blousons typés plus sport. Ce Ragnar a un design élégant dans la famille adventure.

test-page-element
Protection

Globalement, le tissus a l’air très solide. Ixon nomme sa matière « Ripstop », donnée pour anti-accroc et anti-déchirure. Je les crois sur parole, je n’ai pas envie de tester ! Il y a des renforts de tissus aux avant-bras et aux épaules. Le blouson s’ajuste bien grâce aux réglages en sangle élastique + velcros, il ne doit pas remonter en cas de glissade.

Côté protection, il est équipé des coques de coudes et d’épaules homologuées. Elles sont très souples, finement ajourées donc aérées, on les sent très peu. Le blouson, homologué CE niveau 1, est aussi prévu pour être porté avec Airbag In&Motion. 

test-page-element
Résistance aux intempéries

On sent qu’il s'agit d'un blouson moto très chaud. Je n’ai pas eu l’occasion de l’essayer avec des températures très basses mais je suis certain qu’il n’usurpe pas sa qualification "toutes saisons".

Sous une pluie fine, pas besoin de mettre tout de suite la doublure étanche, le tissu du blouson Ixon Ragnar arrête les premières gouttes. Si le mauvais temps perdure, on enfile rapidement la doublure pour se garder le corps au sec. Un fois l’orage passé, on peut la glisser pliée dans la poche cargo dorsale mais on se retrouve avec un coussin en bas du dos. Cette poche aurait été mieux un peu plus grande !

Il y a deux poches étanches, la première est pectorale extérieure gauche et la seconde est en bas à droite. C’est très pratique, d’autant plus que la première est équipée d’une mousse rigide pour protéger le smartphone qu’on glissera dedans. Est-ce vraiment utile ?

En configuration été, sans doublure, il est très facile de réajuster la coupe avec les nombreux réglages et les boutons pression aux bras et avant bras. Le blouson dispose de 9 grandes aérations qui ouvrent sur du tissu mesh : 2 aux avant bras, 2 aux bras, 2 au torse et 2 dans le dos. La dernière aération est plus originale : un insert mesh moussé est présent sur toute la longueur de la fermeture centrale et est aussi équipée d’une fermeture. Ainsi, on peux choisir de laisser passer l’air sur toute la longueur et sur 2 cm de large. Par conséquent, c’est vraiment bien aéré lorsque l'on roule. Quand il fait plus frais, il suffit de fermer le blouson Ixon Ragnar sur le zip parallèle et cette aération n'est plus.

test-page-element
Qualité

Quand on voit le nombre de détails bien pensé et l’ergonomie globale, on sait qu’on a à faire à une bonne marque française. Les matières sont agréables à toucher et à porter. Le col du blouson et de chacune des doublures disposent d’un insert moussé tout doux pour ne pas irriter le cou ou tirer les poils de barbe. Certains des inserts mesh sont dit mesh 3D, parce qu’ils sont un peu plus épais et mousseux que la normale. Les fermetures éclaires sont agréables et silencieuses, il n’y a pas autant de scratch que parmi des blousons adventure de la concurrence, et c’est tant mieux.

Petit bémol : la fermeture éclair ventrale glisse très, voir trop bien. Si on ne la ferme pas assez haut, elle a tendance à redescendre toute seule. Il suffit d’y penser et de la laisser bien haut, voire complètement fermée, sinon on risque de se retrouver avec le blouson ouvert façon Quartararo avec sa combinaison qui s’ouvre en plein motoGP !

L’ergonomie est au rendez-vous, les doublures s’enfilent facilement, des boutons avec élastique sont au bout des manches. Les poches tombent sous la main.

test-page-element
Polyvalence

La polyvalence, c’est son credo.

Niveau climat, c’est un vrai toutes saisons, il a été conçu pour affronter un maximum de situations. Niveau look, il a son côté adventure qui sait rester discret. Il n’est pas autant passe-partout qu’un blouson de ville mais il ne s’affiche pas autant qu’un blouson adventure plus typé sport. C’est un blouson moto idéal si vous roulez en trail ou en grosse routière, parfait si vous partez en road trip avec une météo incertaine, idéal aussi pour aller au boulot tous les jours ou bien pour un déplacement professionnel en moto.

Peut-être que sa seule limite est l’utilisation en urbain, en été. Il faut que le traffic soit fluide pour que les nombreuses aérations fassent leur travail.